Si vous n’avez jamais eu besoin d’un service de traduction, vous pourriez avoir envie d’engager des traducteurs pour faire traduire votre site web. Cette option semble séduisante à première vue. Vous pensez peut-être même pouvoir économiser du temps et de l’argent ? En réalité, engager des traducteurs est une fausse économie, qui engendre le plus souvent un surcroît de travail et parfois, une perte de temps.

E-translation Agency, agence de traduction spécialisée dans la traduction de sites internet vous explique pourquoi il est préférable d’avoir recours à un traducteur professionnel ou à une agence de traduction.

La traduction demande des compétences spécifiques

Il est extrêmement facile de tomber dans le piège qui consiste à penser que la capacité d’une personne à parler plusieurs langues fait d’elle une bonne traductrice. Dans de nombreuses situations, être bilingue est suffisant. La traduction exige davantage que la simple compréhension de deux langues.

En effet, comme toute forme d’écriture, la traduction est une compétence. Pensez à la production de contenu de votre entreprise : feriez-vous confiance à n’importe quel employé pour rédiger vos textes marketing ou vos manuels de produits ? Il est toujours préférable de faire appel à des experts et il en va de même pour la traduction.

feriez-vous confiance à n’importe quel employé pour rédiger vos textes marketing ou vos manuels de produits ?

En règle générale, les traducteurs professionnels traduisent uniquement vers leur langue maternelle. Si vous engagez des personnes pour traduire un site, il se peut que celles-ci traduisent dans leur deuxième ou troisième langue – ce qui nous amène au point suivant.

Il est impossible de connaître la qualité de votre traduction

Si vous ne parlez pas personnellement les langues vers lesquelles votre site doit être traduit, vous ne pourrez pas évaluer la qualité du travail de vos futurs employés. Vous ne pourrez pas non plus vérifier si le ton, le positionnement de la marque ou même l’orthographe et la grammaire sont corrects.

Prenons l’exemple de l’anglais. Les pays nordiques figurent en bonne place dans les classements internationaux des compétences en anglais. Toutefois, des études menées en Norvège ont démontré que de nombreux élèves norvégiens n’avaient pas les compétences requises au niveau universitaire.

De la même façon, lorsque les jeunes Norvégiens arrivent sur le marché international du travail, ils sont souvent perçus comme « impolis ». Ce phénomène est dû au fait que le système éducatif norvégien n’inclut pas de sensibilisation aux différences culturelles, ni les différentes expressions appropriées à divers contextes.

Ainsi, si vous êtes une entreprise nordique qui exporte vers un pays anglophone, il est risqué d’engager un traducteur Norvégien pour traduire un site en anglais.
En revanche, en faisant appel à une agence de traduction, vous pouvez être sûr·e que le résultat sera à la hauteur de vos espérances. Les particularités de la langue (comme l’écriture inclusive en français) seront alors respectées.

Pour en savoir plus sur les risques liés à une mauvaise traduction, lisez notre article : les conséquences d’une mauvaise traduction.

Ce n’est pas une bonne utilisation de votre temps et de votre argent

Un traducteur salarié met généralement beaucoup plus de temps à produire une traduction qu’un traducteur professionnel en freelance ou qu’une agence de traduction.

Il est possible que, se sachant à l’abri d’un contrat, la personne engagée prenne son temps pour traduire les différents contenus.

De plus, si vous décidez d’employer un traducteur, ce dernier aura tendance à poser des questions aux autres salariés. En effet, il sera probablement présent dans vos locaux. De fait, il sera susceptible de déranger vos collaborateurs pendant leur temps de travail.

Vous devez tenir compte de l’impact financier sur votre entreprise. Un traducteur salarié met généralement beaucoup plus de temps à produire une traduction qu’un traducteur professionnel en freelance ou qu’une agence de traduction. En effet, ces derniers doivent optimiser leur temps de travail et traduire un maximum de contenus pour augmenter leurs chiffres d’affaires.

Les agences de traduction disposent d’outils pour accélérer leur travail

Une agence de traduction a plus d’envergure qu’une personne seule. De fait, elle peut investir dans des solutions qui améliorent la qualité des traductions et qui accélèrent les délais de production.

Les traducteurs professionnels utilisent des outils de TAO (traduction assistée par ordinateur) qui leur permettent de se concentrer sur le texte sans affecter la mise en forme du document. Ces outils permettent également aux traducteurs d’accéder à deux fonctionnalités puissantes qui contribuent massivement à la cohérence : les mémoires de traduction et les bases terminologiques.

  • Une mémoire de traduction (MT) stocke toutes les traductions précédentes sur un sujet particulier – prenons la finance. Si vous traduisez régulièrement le même type de document, par exemple un rapport trimestriel dont seuls quelques chiffres et quelques lignes de texte changent, la mémoire de traduction permettra de réduire considérablement le temps passé et d’éviter autant que possible les répétitions. Les agences de traduction investissent dans l’infrastructure nécessaire pour héberger une MT afin que vous n’ayez pas à le faire.
  • Une base de termes (TB) sert de glossaire hautement spécialisé. Les entreprises de traduction peuvent gérer des bases terminologiques sur de nombreux domaines spécifiques. Ces bases évitent au traducteur de perdre du temps à chercher des mots dans le dictionnaire. Elles permettent également de maintenir une utilisation précise et cohérente de chaque terme. Les agences de traduction web peuvent également créer une TB spécifique à un client, ce qui signifie que votre terminologie interne et votre ton resteront toujours les mêmes.

Ces ressources doivent être entretenues pour rester efficaces – ce que les agences de traduction considèrent comme un investissement rentable. En revanche, en tant qu’entreprise, il est très peu probable que vous dégagiez réellement des bénéfices en ayant recours à ces outils sur le long terme.

Vous risquez d’entretenir des effectifs inutilement

À moins d’avoir une visibilité à long terme sur le volume des traductions à réaliser, il est préférable de ne pas recruter un ou des traducteurs en CDI.
Si les volumes de travail sont faibles, cette solution ne sera pas un investissement judicieux. Les agences de traduction disposent de linguistes vérifiés et fiables qui peuvent traduire dans presque toutes les langues.
L’autre élément à prendre en compte est la croissance du volume de contenu. Si vous constatez une augmentation soudaine du volume de contenu à traduire, par exemple des manuels, des articles de support et des documents marketing pour le lancement d’un nouveau projet, la traduction peut devenir un poste à plein temps. Si, après le lancement, les volumes diminuent, la personne que vous aurez employée deviendra « inutile ».
En plus d’être une décision financièrement peu judicieuse, cette fluctuation des charges de travail et des responsabilités peut créer du stress et de l’anxiété dans votre équipe.

Pour aller plus loin : « Pour traduire mon site web, traducteur freelance ou agence ? »