En Inde, 22 langues sont reconnues comme officielles. En outre, il existe plus de 200 autres langues maternelles. Dans cette multiplicité linguistique, de quelle manière votre entreprise peut-elle se développer dans ce pays ?
Comment traduire des documents professionnels ou un site internet pour toucher votre marché cible ? Car, en effet, même si l’anglais est une des langues officielles et qu’elle sert pour les échanges internationaux, en choisir une parlée par la population vous rapproche de vos futurs clients, vous donne davantage de crédibilité et instaure la confiance. Est-ce le cas de l’hindi, langue la plus courante en Inde ?

Un mot, plusieurs réalités

Tout d’abord, définissons exactement ce que signifie le terme “hindi”. Il représente dans les faits trois réalités :

  • Historiquement, l’hindi est d’abord un ensemble de 350 dialectes du nord de l’Inde qui ne sont pas intercompréhensibles pour la plupart d’entre eux. Son nom provient des territoires de l’Hindoustan, c’est-à-dire de la région de l’Indus.
  • L’hindi standard, quant à lui, est un parler normalisé utilisé en Inde et au Pakistan dans les produits culturels grand public tels que les films, les revues, les émissions de radio ou de télévision. On l’entend également dans les grandes villes, surtout en Inde septentrionale et chez les jeunes.
  • Enfin, ce qu’on appelle “l’High Hindi” est une des 22 langues officielles de l’Inde. Elle s’avère plus éloignée des dialectes parlés et emprunte beaucoup au sanskrit. C’est une langue de l’administration, principalement de travail, et elle considérée comme plus prestigieuse que ses homologues.

(source : Wikipedia)

Une standardisation récente

Le mot “hindi” et son pendant, “l’ourdou”, n’étaient pas utilisés avant le 19e siècle. En effet, ils possèdent un même tronc commun, l’hindoustani, une langue courante qui servait de lingua franca dans le nord de l’Inde.

Lors du déclin de l’Empire moghol au 18e siècle, les élites aristocratiques se détachèrent petit à petit de cette dernière et persianisèrent la langue littéraire et poétique, ce qui fonda les bases de l’ourdou.

Ensuite, les Anglais qui colonisèrent le pays créèrent le Fort William College. Cette académie avait pour objectif de former linguistiquement les fonctionnaires qui venaient travailler dans le pays. Ils y enseignèrent :

  • l’hindi des hindous, avec l’écriture devanagari issue du sanskrit ;
  • l’ourdou des musulmans, avec les caractères arabes.

Une littérature se constitua alors dans chacune de ces langues en renforçant les divergences religieuses et culturelles avec des emprunts en sanskrit dans le premier cas, et en persan dans le deuxième. Ceci est d’autant plus vrai depuis la séparation du Pakistan et de l’Inde en 1947.

Avec les mouvements nationalistes se posa la question d’une langue qui unirait les Indiens. Gandhi souhaitait, par exemple, une sorte d’hindoustani, qui n’aurait été ni persianisé, ni sanskritisé, détaché du religieux, simple et accessible à tous. Toutefois, après de violents affrontements verbaux lors des sessions de l’Assemblée constituante, l’hindi et l’anglais furent finalement choisis comme langues officielles.

(source : Arte)

L’hindi aujourd’hui : de nombreux locuteurs, mais une hégémonie contestée

Depuis l’indépendance de l’Inde, des tentatives de diffusion de l’hindi ont été réalisées pour unifier le pays. Mais les habitants du sud qui pratiquent des langues dravidiennes ainsi que les défenseurs de certaines langues régionales refusèrent et continuent de rejeter cet usage. Ils préfèrent d’ailleurs parfois utiliser l’anglais plutôt que l’hindi. De plus, les catégories défavorisées qui n’ont pas l’occasion de suivre une scolarité régulière ne parlent, le plus souvent, que des dialectes régionaux.

Analysez donc bien votre marché cible avant de choisir de traduire votre site. Si vous visez davantage les régions du sud, pourquoi ne pas plutôt retranscrire celui-ci en marathi ou en tamoul ?

L’hindi est désormais la troisième langue la plus parlée dans le monde avec plus de 630 millions d’hindiphones, dont plus de 340 millions qui la pratique langue maternelle. Elle est comprise par la moitié de la population indienne. En dehors du pays, les locuteurs immigrés se situent notamment dans les Caraïbes et dans l’océan Indien. Dans les pays du Golfe, de nombreux Indiens peu qualifiés qui repartent assez rapidement dans leur pays utilisent l’hindi au quotidien. Au Royaume-Uni, en Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, dans l’Union européenne, des Indiens diplômés s’installent sur le long terme et continuent d’employer leur langue.

L’hindi est désormais la troisième langue la plus parlée dans le monde avec plus de 630 millions d’hindiphones, dont plus de 340 millions qui la pratique langue maternelle. Elle est comprise par la moitié de la population indienne.

Traduire votre site en hindi pour de grandes opportunités

Malgré le rejet d’un certain pan de la population, l’hindi reste la meilleure langue si vous souhaitez vous développer en Inde. Elle est la plus parlée dans le pays et la deuxième la plus utilisée sur internet après l’anglais, notamment par les habitants urbanisés.

L’hindi vous permet de vous ouvrir au marché indien qui est en plein essor économique. La croissance de son PIB atteint 9,4% en 2022 contre 5 à 6% pour son voisin chinois. De plus, sa population est jeune et connectée. Les utilisateurs d’internet ne cessent d’augmenter : ils étaient de 43% en 2020 contre 29% en 2019. Cet accroissement est principalement dû à la pandémie qui a également permis le développement du e-commerce, de la fintech et du SaaS.

Utilisateurs d’internet

(pourcentage de la population)

Vert : arabe seule langue officielle / Bleu : arabe parlé par une majorité et première langue officielle du pays / Bleu céleste : arabe parlé par une minorité ou pour des raisons culturelles

(source : Union internationale des télécommunications, Rapport et Base de données sur le développement des télécommunications/TIC dans le monde.)

De surcroît, l’État prévoit des mesures de renforcement et d’amélioration des secteurs prioritaires comme la protection sociale, l’agriculture et les infrastructures. Ceci tend ainsi à faciliter le commerce par une plus grande stabilité du pays et à augmenter le pouvoir d’achat des populations.

Choisir un professionnel natif pour votre traduction

Nous l’avons compris, traduire ne signifie pas seulement trouver le mot correspondant dans la langue cible, comme le ferait une traduction automatique. Il existe en réalité des différences culturelles majeures que seul un professionnel parvient à repérer et à retranscrire.

Vous pouvez donc faire appel à une agence de traduction comme Milega, qui, en plus d’effectuer la traduction du contenu de votre site, s’occupera également d’autres aspects importants tels que :

  • Le nom de domaine de votre site internet. Ainsi, en Inde, l’extension “.in” sera de mise ou “.com/in/” ou bien encore “es.marque.com”. Une mauvaise localisation pourrait faire fuir le client, notamment dans le cas d’un site de e-commerce ;
  • Le référencement. Pour que votre site remonte sur Google, certains changements dans les balises, les textes d’ancrages des liens, les URLs, etc., sont indispensables.
  • Si votre site fonctionne par le biais d’un CMS, ses fonctions devront également être activées correctement pour changer de langue. WordPress, Drupal, Prestashop, etc. fonctionnent de manière différente. Des connaissances spécifiques sont ainsi nécessaires.

Contactez-nous dès à présent afin que nous discutions plus en détail de votre projet de traduction.